Marrakech selon Yves Saint Laurent

Dans cet article

Un nouveau musée et des visites exclusives de la maison du créateur rappellent aux visiteurs pourquoi la ville est toujours à la mode.

Marrakech est une ville d’impressions immédiates et d’audaces : souks agités, cuisines parfumées et atmosphère de carnaval à Jemaa el-Fna, la place principale. Si un aspect persiste, ce sera probablement la lumière et les couleurs de la ville : l’ocre rose des murs de la médina, vieux de 800 ans. Matisse verts et bleus dans les nombreux jardins publics. présentoirs de caftans pour femmes fuchsia, jaune tournesol et bleu océan.

Ces tons saturés ont certainement influencé l’un des fidèles de la ville, Yves Saint Laurent, et l’ont aidé à s’éloigner du noir, du marine et du blanc qui dominaient la couture depuis l’avènement de Chanel. «C’est à Marrakech qu’Yves a découvert la couleur», a écrit Pierre Bergé après le décès du créateur, partenaire de longue date de Saint Laurent dans le monde des affaires et en privé.

Marrakech aimait sans aucun doute Saint Laurent. Flâner dans la vieille ville, c’est faire l’expérience de ce qui le ravissait. L’amour des Marocains pour la couleur et l’expression visuelle est omniprésent, des objets d’artisanat aux djellabas (robes à capuche). La médina est un patchwork de motifs: des rangées colorées de pantoufles babouches à bouts pointus et des étalages ornés de friandises, des entrelacs de décorations de tapis et de mosaïques de carreaux. Depuis 2016, le nouveau musée Yves Saint Laurent accueille les visiteurs et leur permet d’explorer l’influence du pays sur le couturier visionnaire. Ouvert la même année à Paris dans la maison de couture historique du créateur, le musée Yves Saint Laurent à Paris a été rénové pour devenir une réplique du studio dans lequel il a travaillé de 1974 à 2002.

Voici comment faire l’expérience du Marrakech d’Yves Saint Laurent aujourd’hui. Voici une idée de parcours pour votre séjour à Marrakech.

Musée Yves Saint Laurent à Marrakech

La mode d’abord: Musée Yves Saint Laurent Marrakech

Évoquant le tissu tissé à motifs, les briques extérieures texturées du nouveau musée contrastent avec un intérieur que le cabinet d’architecture français Studio KO a conçu pour être «semblable à la doublure d’une veste de couture de luxe: lumineuse, veloutée et lisse».  Le musée comporte un auditorium qui projette un film retraçant la carrière du créateur, un restaurant, une librairie et une bibliothèque de recherche, mais les points saillants sont bien sûr des expositions rassemblant 5 000 vêtements, 15 000 accessoires de haute couture et des dizaines de milliers de croquis appartenant à la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent.

Inspiration Naturelle: Jardin Majorelle

Marrakech : les jardins Majorelles

Construit par le peintre et collectionneur de plantes passionné Jacques Majorelle, puis restauré et replanté par Bergé et Saint Laurent, le jardin de deux hectares et demi contient quelque 200 variétés de plantes, dont des bougainvillées que Saint Laurent a utilisées dans ses créations et plus de 20 types de bambou. Pour une touche de couleur supplémentaire, Saint Laurent a ajouté des pots peints de couleurs vives parmi les verts. L’atelier art déco de Majorelle, peint en bleu cobalt électrique appelé bleu Majorelle, abrite le musée berbère, le premier au Maroc, contenant la collection privée de bijoux, de costumes et de tissages autochtones rassemblés au fil des ans par Saint Laurent et Bergé. Aujourd’hui, avec près de 600 000 visiteurs par an, le Jardin Majorelle est l’un des sites les plus populaires du Maroc.

À la maison dans la ville: Villa Oasis

Marrakech : La villa Oasis

Construite en 1923, la Villa Oasis était la résidence de Majorelle jusqu’au début des années 1960. Le légendaire décorateur américain (et résident de longue date à Marrakech), Bill Willis, l’a rénovée en conservant, selon Bergé, «l’essence et l’esprit de Majorelle». C’est un chef-d’œuvre de la sculpture sur bois et du pochoir traditionnel, avec des carreaux complexes et des panneaux de cèdre peints avec des motifs marocains. La Villa Oasis n’est pas accessible au grand public, cependant des visites privées exclusives de la Villa Oasis peuvent être organisées par Mandaley

Les parcs : Jardins de la Menara et d’Agdal

Jardin de la Menara

Au cours de leurs premières années à Marrakech, Saint Laurent et Bergé ont suivi la tradition locale et se sont installés sur des tapis, du thé infusé et ont passé des après-midi de farniente à l’ombre des palmiers, des fruits et des oliviers du Jardin de la Menara, un parc du douzième siècle. Alors que les tapis et les théières sont moins courants de nos jours, la Menara reste particulièrement populaire les week-ends et offre une vue imprenable depuis un bassin réfléchissant donnant sur les montagnes de l’Atlas.

La Menara est l’un des nombreux jardins publics de la ville. Les jardins d’Agdal, encore plus grands (agdal signifie «prairie murée» en berbère) datent à peu près de la même époque, et s’étendent sur près de 300 hectares. Situés dans l’enceinte du palais royal, ils sont ouverts aux visiteurs deux fois par semaine, les vendredis et les dimanches, et seulement lorsque le roi du Maroc est absent.

Conseils Mandaley : «Quel que soit votre lieu de séjour, planifiez un dîner sur la terrasse du restaurant Le Marocain La Mamounia, où le bar de l’atlantique bourré de dattes Tafilalt a été l’un des moments forts de mon récent voyage. »

Shape

Expérience M

Inscrivez vous à notre newsletter et
recevez des inspirations et bons plans voyages

Retour haut de page