Jet lag, décalage horaire : comment bien le gérer ?

Dans cet article

Le jet-lag ou décalage horaire se manifeste à partir de 4 heures de décalage. Il faut savoir que l’on souffre davantage du décalage horaire lorsqu’on va de l’ouest vers l’est, ce qui raccourcit la journée, alors que l’inverse la rallonge.

Si vous prenez souvent des long-courriers, il y a de grandes chances pour que vous ayez trouvé les bons gestes pour faire face aux effets du décalage horaire. Pour beaucoup, le décalage horaire est souvent vécu comme une plaie. Il y a la fatigue constante, les yeux bouffis, l’envie de dormir vs le désir de rester éveillé…
Voici 10 conseils pour vous aider à subir le moins possible le décalage horaire et profiter pleinement de votre premier jour à destination.

1. Prenez en compte l’heure qu’il est à destination

Dès votre entrée dans l’avion calez-vous sur l’horaire de destinations. L’objectif est que, dès votre arrivée vous soyez déjà aux horaires locales ou le plus proche possible. Votre organisme a besoin de 2 éléments principaux pour se caler sur un horaire : les heures des repas et le sommeil.

2. Dormir ou non pendant le vol ?

La question est : pouvez-vous ou non dormir en avion ?
Ne pas dormir peut être une bonne stratégie pour être calé(e) sur le nouveau fuseau horaire. Si vous êtes comme moi, vous ne dormirez pas. Jusqu’ici ça m’aide beaucoup à me recaler à la bonne heure. Je privilégie les arrivées en fin de journée / début de soirée afin d’aller me coucher quelques heures après être arrivée.
Cependant, si vous vous déplacez pour des raisons professionnelles, il peut être difficile d’enchainer une journée de travail sans avoir dormi. L’idéal est de pouvoir choisir l’heure de votre arrivée. Si vous pouvez le faire, essayez d’arrivée en soirée (heure de destination), occupez vous dans l’avion et à votre arrivée, vous irez vous coucher.

3. Choix du siège

Cela peut être assez déterminant en fonction du type de voyageur que vous êtes : vous avez besoin d’aller aux toilettes souvent, marcher autour de la cabine, ou avez-vous tendance à rester assis(e) pendant tout le vol?
Le choix du siège a également un impact sur le sommeil. Un siège fenêtre est souvent la meilleure garantie pour pouvoir fermer l’oeil. Niché(e) à côté de la fenêtre, vous pourrez vous caler contre le hublot, et ne serez pas dérangé(e) par les allés et venues de vos voisins. N’hésitez pas à vous déplacer dans l’avion pour voir si il ne reste pas une rangée de siège vide. Si c’est le cas, demandez à pouvoir vous y installer.

4. Savoir se distraire

Ce point est fonction du point 2 : êtes-vous un dormeur ou pas? Si vous avez tendance à dormir sur les vols long-courriers, ce point ne s’applique pas à vous. A moins que vous souhaitiez absolument voir l’un des films proposés. Assurez-vous de le faire dès le décollage de sorte que vous pouvez au moins essayer de dormir un peu pendant le vol. Si vous essayez de rester éveillé, alors faîtes vous plaisir et amusez-vous !

5. Tirez le meilleur parti des heures de repas

Les repas d’avion laissent beaucoup à désirer … mais ils sont une condition nécessaire pour lutter contre le décalage horaire. Encore une fois, focalisez-vous sur l’heure qu’il est à destination et oubliez l’heure de votre provenance. Manger lorsque l’on vous sert un plateau repas, cela aidera votre corps à se caler plus facilement sur le nouvel horaire, et vous empêchera de ressentir la faim à l’arrivée (particulièrement important si vous avez l’intention de dormir sur place).

6. Limitez l’alcool et les sodas

Bien que l’alcool soit facile d’accès, limitez sa consommation. Pendant un long-courrier, il est fortement conseillé de boire beaucoup d’eau avant, pendant et après le vol. Cela aidera à réduire la fatigue et réduire les effets du décalage horaire.

7. Prenez l’air à l’arrivée

Que vous arriviez le matin ou durant la journée, le meilleur moyen de lutter contre le décalage horaire est à portée de main. Déposez vos bagages à votre hôtel et foncez à l’extérieur pour éviter la tentation de la sieste. Il est également utile de se livrer à une activité comme le vélo ou même la marche à pied. C’est un bon moyen de découvrir la ville dans laquelle vous vous trouvez. De cette façon, vous vous assurer de rester éveillé(e) et ne pas vous retrouver dans une situation qui va vous endormir ou vous faire somnoler type être assis(e) dans un train ou un bus.

8. Ne vous couchez pas trop tôt

Afin d’assurer une bonne nuit de repos, essayez de tenir jusqu’à l’heure locale du coucher. Aller au lit tôt entraîne souvent un sommeil agité ou un réveil en plein milieu de la nuit avec une difficulté à se rendormir. Vous serez donc encore fatigué(e) les jours suivants.

9. Arrêt des appareils pour la nuit

Avec la technologie actuelle, il peut souvent être difficile de vous forcer à dormir la nuit. Une fois que vous êtes dans votre lit, veillez à éteindre vos appareils pour vous empêcher de les vérifier quand vous vous réveillez pendant la nuit, et vous empechera de vous rendormir.

10 . Chacun est différent / Il n’existe pas de règle d’or

Il est important de se rappeler que ces règles ne sont pas l’Evangile et que personne ne réagit de la même façon. Au fur et à mesure de vos déplacements, vous êtes susceptible d’ en savoir plus sur vous et vos habitudes de sommeil. Si vous préférez manger quand vous avez faim et dormir quand vous êtes fatigué(e), alors peut-être que ce mécanisme fonctionne pour vous. Chacun a une approche différente, alors assurez-vous de choisir ce qui vous convient le mieux.

Shape

Expérience M

Inscrivez vous à notre newsletter et
recevez des inspirations et bons plans voyages

Retour haut de page